BPI

Bpifrance investira 8 milliards d'euros d'ici à 2017 dans les entreprises françaises. Serez-vous la prochaine ?
Updated: il y a 34 min 47 sec

La French Fab : 5 questions à David Ravet (MTB Recycling)

34 min 47 sec ago

Les industriels de La French Fab s’engagent et prennent la parole dans les médias ! Chaque semaine, un dirigeant est interviewé sur BFM Business, autour de 5 thématiques.
Retrouvez David Ravet, directeur développement et partenariats de MTB Recycling qui répond aux questions de Stéphane Soumier en tant qu’industriel engagé de La French Fab.

MTB Recycling est une entreprise spécialisée dans le recyclage de métaux non-ferreux et dans la fabrication de machines industrielles.

Survolez cette infographie interactive afin de découvrir chaque séquence en vidéo !

David Ravet s’engage avec La French Fab. Et vous ?

Le chiffre de la semaine : 6,5 millions (de Français)

34 min 47 sec ago

6,5 millions, c’est le nombre de Français qui ont participé à un festival de musique en 2016.

Cela représente un quart des concerts en France et 20 % des 813 millions d’euros de billetterie dégagés dans l’année. Les amateurs de musique ont dépensé en tout 1,4 Md€ en hébergement, restauration et déplacements, soit deux fois plus que les supporters de l’Euro 2016.

En 2015, le secteur du spectacle musical et de variété, composé à 99 % de TPE et de PME, employait directement ou indirectement 118 700 personnes. Avec une croissance de 6 % du chiffre d’affaires, la filière a été l’un des moteurs de sortie de crise de l’industrie musicale, avec le streaming payant.

Source : Chiffres clés 2018 du ministère de la Culture et de la Communication et La contribution du spectacle musicale et de variété à l’économie française d’EY, septembre 2017.

A propos du chiffre de la semaine

Le chiffre de la semaine, c’est un chiffre sélectionné pour vous chaque semaine par nos équipes. Issu de l’actualité, il porte sur des thèmes relevant de l’entreprise, tels que le financement, l’investissement, l’internationalisation, l’innovation, le développement durable, la transition numérique…

Appel à manifestation d'intérêt pour les « apporteurs d'affaires » du Fonds French Tech Seed

34 min 47 sec ago

Annoncé par le Premier Ministre Edouard Philippe, le 21 juin 2018, ce fonds d’investissement, doté de 400 M€ issus du Programme d’investissement d’avenir, sera opéré par Bpifrance et aura vocation à soutenir les start-up technologiques en phase de post-maturation, notamment des start-up de la DeepTech et de moins de 3 ans. 

L’originalité du fonds french Tech Seed repose sur un mécanisme d’apporteurs d’affaires labellisés et un effet de levier sur l’investissement privé.

Les objectifs de l'AMI 

Cet AMI vise à recueillir les candidatures des écosystèmes d’innovation (incubateurs, accélérateurs, pôles de compétitivité, SATT, organismes de recherche). Les candidatures pourront se présenter seuls ou en consortium avec un chef de file

Critères de labellisation des apporteurs d’affaires 

  • Potentiel de la structure ou du consortium à proposer des projets de création d’entreprise innovante à forte intensité technologique
  • Garantie du caractère innovant et technologique des projets
  • Garantie d’un suivi et d’un accompagnement de l’entreprise dans ses dimensions stratégique, de développement commercial et de financement
  • Capacité à mobiliser l’écosystème de financements privés

Les apporteurs d’affaires seront sélectionnés par l’ETAT, et une fois labellisés, devront signer la charte de labellisation

Calendrier et dépôt des candidatures 

L’AMI est lancé du 23 juillet 2018 jusqu’au 24 septembre 2018 12h. 

Les dossiers de candidatures doivent exclusivement être déposés sur la plateforme de dépôt de Bpifrance

https://extranet.bpifrance.fr/apporteurs d’affaires.fr

Votre contact Bpifrance

Contact : Nathalie Delorme

Tel. : 01 41 79 89 65

Scénario gagnant pour le film photovoltaïque d'Armor

34 min 47 sec ago

C'est parce qu'elle avait déjà un savoir-faire en matière de rubans thermiques, pour l'impression d'étiquettes de code-barres, que la société Armor, basée à Nantes, a choisi en 2010 de plancher, puis de concevoir, et enfin, de produire des films photovoltaïques organiques. Mais aussi parce que son PDG, Hubert de Boisredon, est bien décidé à faire sa part pour protéger la planète. A preuve, son adhésion, dans le cadre du récent sommet sur le climat, le One Planet Summit, à la « French business climate pledge », dans le sillage de sa participation au Global Compact des Nations Unies, visant à encourager les entreprises à adopter une attitude responsable.

Une innovation de rupture « made in France »

Ces panneaux solaires nouvelle génération sont donc une façon on ne peut plus concrète de participer à la lutte contre le réchauffement climatique. Il aura fallu des partenariats avec plusieurs laboratoires de recherche, dont l'Institut national de l'énergie solaire, ainsi qu'un investissement de 50 millions d'euros de la part de l'ETI nantaise pour mener à bien le projet. Aujourd'hui, le résultat est là - et c'est une première mondiale ! Fabriqués en France, dans l'usine du groupe à Nantes, les films, baptisés ASCA, souples, légers - puisqu'ils ne pèsent que 500g/m2 (contre 10 à 15 kg/m2 pour les panneaux solaires classiques), peuvent s'adapter, au delà des toits, sur des surfaces aussi variées que des abribus, des bâtiments, des terrains de sport... Il suffit de les dérouler et le tour est joué ! L'usine, qui peut produire un million de mètres carrés de film par an, a également créé 100 emplois. Enfin, élément important pour l'ETI et la planète, leur production est peu énergivore et le film ne contient pas, à l'inverse des panneaux solaires classiques, de métaux rares (cadmium, silicium...) coûteux, non durables, et souvent extraits de façon bien peu éthique…

Partenariat avec JCDecaux

Commercialisés dans un premier temps depuis l'an dernier sous forme de sacs permettant de recharger un téléphone portable, à offrir en cadeaux d'entreprises, notamment via le site web Beautiful Light Factory, de même qu'en Afrique, où, comme le souligne Hubert de Boisredon, « sur 600 millions d'Africains qui vivent sans électricité, 100 millions ont un téléphone portable et perdent des heures pour trouver de quoi le recharger », les films photovoltaïques font également l'objet de deux prototypes, en partenariat avec JCDecaux, qui les a insérés dans des abribus et mis sur des bancs. « Nous sommes en discussion avec des plusieurs sociétés pour des démonstrations plus larges, sur des bâtiments, par exemple », révèle également le PDG d'Armor.

L'avenir : des centrales solaires mobiles

D'autant que Hubert de Boisredon, qui dirige Armor, créée en 1922, depuis 2004, et en contrôle, avec les salariés, le capital depuis 2014, voit bien plus grand. 

Le capital humain, la force des entreprises accélérées

34 min 47 sec ago
Le capital humain : la force de l’entreprise

E-learning : s’implanter et manager en Afrique

34 min 47 sec ago

Urbanisation galopante, augmentation de la démographie et développement d’une classe moyenne soucieuse de consommer : l’Afrique a des atouts de poids. Sans oublier qu'elle a d’immenses besoins dans de multiples secteurs : agroalimentaire, BTP, distribution, énergétique, pharmaceutique, transports, téléphonie, numérique… Alors comment saisir cette opportunité pour votre entreprise ? Quelle stratégie favoriser ? Quels sont les outils à votre disposition pour réussir votre implantation ?

Le module de formation - S'implanter et manager en Afrique

Il comprend quatre séquences :

  • S01 – La boîte à outils d’une implantation réussie
  • S02 – Les points clés du management en Afrique
  • S03 – Les aspects réglementaires
  • Interview de Paul-Langlois Meurinne : retour d’expérience, co-fondateur et CEO d’Optimetriks, une start-up créée en France et au Kenya, qui rayonne à présent dans une dizaine de pays.
Les experts

Cette formation a été réalisé en partenariat avec HEC Paris, spécialisée dans le domaine de l’enseignement et de la recherche en management, qui regroupe plus d'une centaine de professeurs chercheurs, 4 400 étudiants et près de 8 000 cadres et dirigeants en formation chaque année.

Samuel Mathey est professeur d’économie, de stratégie et de management, spécialisé dans les questions de dette, de financement et d’entrepreneuriat. Il est titulaire d’un PhD en économie et d’un MBA des universités du Delaware et d’Ohio State. Actuellement professeur permanent à l’Université de Nancy 2-ICN-Business School.

Jean-François Marvaud est directeur pédagogique HEC Paris, intervenant en management et conduite du changement à HEC Executive Education et conférencier Sciences Po Paris sur les thèmes de la gouvernance d’entreprise et la conduite du changement.

Paul Langlois-Meurinne est le co-fondateur et CEO d’Optimetriks, une société qui développe des outils digitaux pour aider les marques de grande consommation opérant en Afrique à avoir une distribution plus transparente et efficace et à communiquer directement avec les points de vente.

Pour en savoir plus ou découvrir l’intégralité de cette formation, inscrivez-vous gratuitement sur Bpifrance Université, la plateforme d'e-learning dédiée aux dirigeants d'entreprises.

#DansNotreJargon : Business angel

34 min 47 sec ago

Définition de Business angel

Business angel est une expression anglo-saxonne qui désigne un « investisseur providentiel », qui participe aux premières levées de fonds de jeunes entreprises ... ... pour quelques milliers ou dizaines de milliers d’euros ! Les business angels sont souvent des entrepreneurs à succès et mettent à disposition de jeunes pousses leur carnet d’adresse et leur savoir-faire !
Avant une éventuelle prise de relais par des fonds de capital investissement, ils jouent là un rôle essentiel pour l'écosystème start-up !

Venez rencontrer des Business angels !

Vous souhaitez lever des fonds ?  Avec Bpifrance Inno Génération le 11 octobre 2018, vous aurez une journée pour convaincre business angels et/ou VCs étrangers et accélérer votre business. Inscrivez-vous-vite.

Rencontres économiques d’Aix-en-Provence : un regard sur le monde Demain

34 min 47 sec ago

« Il y a une rupture, peut-être un changement de monde » : voilà l’hypothèse, lancée en ouverture des 18e Rencontres économiques d’Aix-en-Provence, par Hervé Lorenzi, Président du Cercle des économistes, qui organise chaque année dans la cité provençale ce rendez-vous incontournable des experts en économie et des décideurs. Cette année, ils ont planché, du 6 au 8 juillet, sur « Les métamorphoses du monde ». Autrement dit, sur les multiples mutations et disruptions que connaissent aujourd’hui nos économies et nos sociétés, à l’heure des nouveaux outils technologiques, des enjeux climatiques, des migrations, de la montée du protectionnisme et de la fin du multilatéralisme. Ce rendez-vous devenu incontournable a accueilli 250 intervenants, quelques 4 000 visiteurs ainsi qu'un village de start-up qui invente le monde de demain créé par Bpifrance.

" Aujourd'hui et ce, pendant 3 jours, nous allons essayer de lancer des pistes qui pourraient permettre un avenir meilleur, un avenir différent, un avenir plus certain ! " JH Lorenzi, président du @Cercle_eco #REAix2018 pic.twitter.com/X9WSEVmetO

— Bpifrance (@Bpifrance) 6 juillet 2018

La révolution numérique ne fait que commencer

Mutation majeure qui pose des questions stratégiques et transforme le business, la révolution numérique a été débattue à l'occasion d’une table ronde, dès la première journée. Avec un constat : la révolution numérique ne fait que commencer… D’après Eric Labaye, directeur senior associé du cabinet McKinsey, nous sommes aujourd’hui à l’aube d’une accélération de la révolution numérique, en raison des progrès fulgurants réalisés ces dernières années grâce à la combinaison de plusieurs technologies, dont les objets connectés, le cloud, l’intelligence artificielle et la robotique. Et les entreprises européennes ont du chemin à faire : leur taux de digitalisation se situe à environ 12 %, tandis qu’aux Etats-Unis, il avoisine les 18 %. Avec des écarts élevés entre entreprises, les plus avancées en matière de digitalisation étant aussi celles qui croissent le plus vite.

Dans cette marche vers l’entreprise de demain, où en sont les PME françaises ? Si la prise de conscience d’une digitalisation nécessaire est maintenant acquise, il s’agit pour nombre d’entre elles de savoir par où commencer, d’après Nicolas Dufourcq, directeur général de Bpifrance. D’une part, Bpifrance aura accueilli d’ici deux ou trois ans un total de 4 000 entreprises dans ses accélérateurs, « ces centres sportifs d’excellence pour entrepreneurs où nous passons en revue l’ensemble de ces sujets, où nous les mettons en relation avec les intégrateurs, les accompagnons et brisons leur solitude », a-t-il souligné. « La deuxième action consiste à encourager un certain nombre de sociétés de services informatiques classiques à devenir des sociétés de services d’informatique industrielle, des SSII, celles qui vont pouvoir faire l’intégration des systèmes de l’usine du futur dans les PME industrielles, à des coûts abordables. »

« Pour répondre aux craintes sur DEMAIN, il faut que les personnes à responsabilités donnent confiance. L’accélération doit être maîtrisée ! Il faut montrer à la société française que l’innovation est formidable ! » @NicolasDufourcq pour @JTjerometichit et @bfmbusiness #REAIx2018 pic.twitter.com/UTbzCAr4LC

— Bpifrance (@Bpifrance) 8 juillet 2018

Illustration d’un groupe qui a vécu une véritable mue numérique, Edenred, l’inventeur du ticket restaurant, est aujourd’hui une fintech et un champion des solutions transactionnelles. Selon son PDG, Bertrand Dumazy, l’entreprise n’a pas vécu une, mais cinq révolutions numériques ! Celle du cycle d’innovation, d’abord. Et, dit-il, « les cycles de technologie ne font qu’accélérer». La rapidité d’adoption de ces technologies par les consommateurs, ensuite, qui induit une révolution du time-to-market, accompagnée d’une révolution du management. Enfin, dans une économie numérique, la domination du marché, selon cet entrepreneur, passe par le produit qui mène à l’utilisateur final.
De nouvelles technologies changeront encore sans doute davantage le visage du monde économique et social, à l’image de la 5G. Bien plus rapide que la 4G, elle pourrait permettre l’essor de l’industrie du futur ou celui de la voiture autonome. Même si Ludovic Le Moan, cofondateur de la pépite tricolore Sigfox, nuance ses atouts. La 5G sera non seulement très chère, mais posera également des problèmes environnementaux, d’après ce spécialiste de l’IoT qui a bâti un réseau mondial d’objets connectés et mise sur la zéro G pour collecter des données.

Repenser les compétences

Quelles compétences faudra-t-il pour affronter ce monde nouveau ? Les participants à un autre débat, consacré aux révolutions de demain - toujours plus nombreuses - ont partagé leur vision. Le secteur IT, en combinant l’IA, le machine learning, le Big Data et l’IoT, va révolutionner presque tous les cycles de l’économie, a rappelé Nouriel Roubini, professeur d’économie à l’Université de New York. La production, grâce à la robotique, l’automatisation et la 3D, tout comme les énergies vertes, les biotechnologies, qui permettront une vie plus longue et en meilleure santé, les nouvelles technologies agricoles, la finance et l’assurance de même que l’utilisation des high tech dans la défense seront toutes synonymes de révolutions. Celui qui avait prédit la crise de 2008 est cependant pessimiste en ce qui concerne les conséquences de ces technologies sur l’emploi. Si elles permettront aux personnes très qualifiées de devenir plus productives, les emplois moins qualifiés seront déplacés. « Ce sera une cause majeure de disruption économique et sociale », a-t-il pointé.

De son côté, Antoine Frérot, PDG de Veolia, a identifié les compétences qui seront nécessaires à son entreprise pour répondre aux défis (demande énergétique croissante, nouvelles pollutions…) auxquels elle sera confrontée : celles en sciences du vivant, en sources d'énergie, en nouveaux matériaux, de même qu'en sciences humaines - de l’économie à l’anthropologie en passant par la géopolitique et la philosophie -, sans oublier la curiosité, la créativité et le travail en équipe, le tout accompagné de la maîtrise digitale.

L’intelligence artificielle, l’industrie 4.0, la blockchain, la finance verte, les données, la gouvernance mondiale, les inégalités ont été autant d’autres enjeux explorés lors de cet événement qui a abouti à une déclaration finale. Dans celle-ci, les économistes ont exhorté à la création d’une alliance multilatérale, à un fonctionnement plus efficace de l’Organisation mondiale du commerce et à la reconstruction de l’Europe, ainsi qu'au lancement d’un plan décennal de financement des infrastructures dans le cadre d’un projet euro-africain.

Croissance externe : Aéroplast élargit son savoir-faire

34 min 47 sec ago
Acquérir pour bondir : le choix d’Aéroplast 

La croissance externe peut être une solution à de nombreux problèmes que se posent les chefs d’entreprise : comment réussir mon implantation à l’étranger ? Comment acquérir de nouvelles compétences ? Où trouver de nouveaux débouchés ? Ou encore, comment limiter la concurrence ?
En effet, le build-up est un puissant levier qui permet d’accélérer le développement d’une entreprise et ainsi devenir leader sur son marché, atteindre une taille critique ou encore être capable de se réinventer. Et le groupe Aeroplast l’a bien compris ! Après avoir conquis les secteurs de l’aéronautique, l’automobile, électronique, le groupe se développe dans la santé avec l’acquisition de CF Plastiques. Pour cela l'entreprise a été accompagnée par Bpifrance via un Prêt Croissance

La diversification au cœur de la stratégie d’Aéroplast 

Spécialisé dans les développements plastiques, le groupe Aéroplast dispose d’un savoir-faire spécifique. Avec ses filiales ATM Plasturgie et ATM Mecamold, le groupe développe et fabrique sur mesure tout type de moule complexe et de pièces en matières plastiques sur des tailles de pièces extrêmement réduites, le tout en en petites, moyennes ou grandes séries.
Avec l’acquisition de la société CF Plastiques - spécialiste de l’usinage de pièces thermoplastiques, - dont le savoir-faire repose, entre autres, sur l’usinage à sec de pièces médicales implantables, Aéroplast Industries élargit son offre industrielle tout en pénétrant le secteur médical très fermé des implants plastiques. L’ensemble consolidé atteindra près de 13 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2018. 

Comment et pourquoi adopter une stratégie OEM ?

34 min 47 sec ago

Survolez notre infographie interactive pour découvrir les bonnes pratiques à retenir sur l'OEM.

Retrouvez l'intégralité de l'actualité "OEM : un moyen de scaler sans effort de vente ?" sur le site de Bpifrance Le Hub.

1-OEM ou Original Equipment Manufacturer, désigne de façon globale une entreprise chargée de la fabrication de pièces détachées  ou d'un produit pour une autre entité (entreprise, assembleur, etc.). En français, ce terme est souvent traduit par celui de Fabricant d'Equipement d'Origine.

La tête dans les étoiles !

34 min 47 sec ago

 

Aujourd’hui, @Bpifrance voit la vie en BLEU !
MERCI à notre superbe équipe de France pour ces émotions tachetées de bleu, blanc, rouge ! #Fierté #MerciLesBleus #20AnsAprès #Jaune #Bleu #FranceCroatie #FinaleCoupeduMonde #WorldCupFinal pic.twitter.com/xbMC0XSJdG

— Bpifrance (@Bpifrance) 15 juillet 2018 

 

 

Votre force, notre détermination . Tous bleus, tous fiers, toujours ensemble #MerciLesBleus #ChampionsDuMonde #2emeetoile #confiance #leadership #excellence #ViveLaFrance @equipedefrance @AntoGriezmann @KMbappe @MATUIDIBlaise @LucasHernandez @nglkante @paulpogba #cocorico pic.twitter.com/jBD3GHmPWz

— Patrice Bégay (@patricebegay) 15 juillet 2018 

#SocialExpress : le meilleur de la semaine (avant la finale)

34 min 47 sec ago
Sur Twitter

L’événement incontournable des entrepreneurs : Bpifrance Inno Génération !

M-3 à l’@AccorH_Arena Se réunir pour réussir ! Vous voulez apprendre, transmettre, développer votre réseau et votre créativité alors participez à l'atelier à ne pas manquer "Unissons-nous pour construire DEMAIN" ! Inscrivez-vous ici : https://t.co/gRwRKG6mfx pic.twitter.com/aC4j2bY8S5

— Patrice Bégay (@patricebegay) 11 juillet 2018

45 ans serait le meilleur âge pour la création d’entreprise.

C'est à 45 ans que les entrepreneurs seraient les plus susceptibles de créer des entreprises en hypercroissance https://t.co/GA9Igx56p1 pic.twitter.com/8fMWFrn3YS

— Gilles Babinet (@babgi) 11 juillet 2018

La startup DoctoLib rachète son principal concurrent !

La start up à succès #Doctolib rachète son concurrent direct #Mondocteur à #Lagardère https://t.co/FXPcePlI2R — via @lemondefr

— Sandrine Cassini (@sandrinecassini) 12 juillet 2018

Une exposition au Grand Palais autour de l’art numérique.

15 innovations numériques autour de l'art réunies pour la première fois au #GrandPalais : 3D, réalité virtuelle et augmentée, intelligence artificielle... découvrez #ArtConnexionGrandPalais jusqu'à lundi de 10h à 20h, c'est GRATUIT !https://t.co/mrCqMz81rw

— Le Grand Palais (@GrandPalaisRmn) 8 juillet 2018

Sur Facebook

Une startup crée un moyen de location de voitures aménagées pour les handicapés entre particuliers !

Quelle équipe pour faire gagner votre entreprise demain ?

34 min 47 sec ago

Survolez l'infographie interactive pour en savoir plus sur l'équipe

Notre formation pour gagner à l'international !

Le gardien
Il protège toute l’équipe et la consolide grâce à sa vue d’ensemble. Sur un éclat de génie il peut se retrouver en héros, toujours sous la pression de faire une erreur. Voilà le dur quotidien de la direction juridique !

Les défenseurs centraux
Ils taclent, corrigent, couvrent et rassurent l’équipe. La performance du service comptabilité a un impact direct sur les résultats !

Les arrières latéraux
Portés vers l’avant tout en protégeant leurs collègues, ils font des allers-retours incessants entre prises de risques et temporisation. Eléments essentiels, les contrôleurs de gestion sont incontournables.

Les milieux défensifs
Indispensables sur le travail de fond, loin des projecteurs, ils font avancer les projets et les concrétisent. Parfois créatifs, ils organisent les tâches pour mieux se projeter. Ce sont les chefs de projets.

Les milieux latéraux
Profitant d’une grande liberté, ils font preuve de créativité pour transformer une opportunité en succès. Parfois incompris, ils agissent toujours pour le bien du collectif. Les services communication et marketing ont une mission bien précise : aider à se faire remarquer.

Le meneur
Tout passe par lui. Il coordonne et donne le tempo pour atteindre les objectifs. Ses décisions sont cruciales. C’est le patron / CEO.

L’attaquant de pointe
Son poste est très visible car il a une mission essentielle : aller droit au but. Très attendu, il doit faire preuve de réalisme dans le dernier geste. Ses célébrations sont exhaustives et remarquées. C’est le directeur commercial !

Le sélectionneur
Il sélectionne son groupe et l’entraîne vers la victoire. Il analyse les performances au quotidien et rassure en période de doute. Sa confiance envers son meneur de jeu se reflète sur toute l’équipe. Un vrai président.

Les remplaçants
Leur arrivée et leur contribution peuvent être déterminantes. Ils renforcent l’équipe pour y apporter une vague de fraîcheur. S’ils ne sont pas toujours sollicités, ils peuvent être tentés de rejoindre d’autres aventures. Selon la tendance et leurs performances, les stagiaires et intérimaires peuvent devenir titulaires.

Bpifrance coache les champions de demain !

Les entrepreneurs sont de vrais champions. Ces champions sont au cœur des enjeux de croissance, de compétitivité et d’emplois.
Bpifrance agit comme un véritable centre d’entraînement pour accompagner les entreprises sur les chemins de l’innovation et de l’international.

Revivez notre saison 2017 au travers de notre rétrospective. Vous y trouverez notamment Le pitch du coachle tableau des scoresle palmarès des perf’le debrief des champions.
Enfin, la visite ne serait pas complète sans un petit tour du côté des vestiaires.

Maison Kitsuné, une multinationale aux activités diversifiées

34 min 47 sec ago

Après avoir créé une première entreprise à 19 ans pour vendre des disques vinyles à des DJ, Gildas Loaëc a comblé sa passion pour la musique en passant une dizaine d’années comme assistant du groupe électro Daft Punk. Mais l’appel de l’entreprenariat se fait sentir : en 2002, il lance avec Masaya Kuroki leur propre aventure.

Bpifrance Inno Génération 4 : les ateliers de Demain

34 min 47 sec ago

Le programmes des ateliers

Bpifrance Inno Génération

Vous voulez identifier vos prochaines opportunités business ? Vous voulez échanger sur les enjeux du monde de demain ? Vous voulez découvrir de nouvelles stratégies gagnantes pour votre entreprise ? Alors inscrivez-vous vite pour la 4e édition de Bpifrance Inno Génération qui aura lieu 11 octobre 2018 à l'AccorHotels Arena. 

La French Fab : 5 questions à Caroline Delloye (Groupe Gonzales)

34 min 47 sec ago

Survolez cette infographie interactive afin de découvrir chaque séquence en vidéo !

Caroline Delloye s’engage avec La French Fab. Et vous ?

Rencontres économiques d’Aix-en-Provence : ces jeunes pousses qui inventent le monde de Demain

34 min 47 sec ago

C’est un coin brûlant de Provence qu’ont choisi nombre de pépites, venues des quatre coins de France, pour exposer leurs dernières innovations, au sein du « village start-up », planté du 6 au 8 juillet par Bpifrance lors des 18e Rencontres économiques d’Aix-en-Provence. Une première pour cet événement, organisé par Le Cercle des économistes, qui, tous les ans, réunit des décideurs et des experts éminents pour débattre des thèmes économiques du moment. Cette année, les « Métamorphoses du monde » ont été à l’honneur. Rassemblées sous la bannière « Demain », une quinzaine de jeunes entreprises ont ainsi incarné les grands enjeux du futur identifiés par Bpifrance.

Bâtir les territoires de demain

A chaque enjeu ses défis… et ses solutions. Pour bâtir les territoires de demain, la start-up parisienne OpenDataSoft est venue présenter dans la cité provençale ses plateformes dévolues à l’ouverture et au partage des données. Qu’ils soient publics, à l’instar des collectivités, ou privés, notamment dans le secteur des transports et de l’énergie, les clients de la jeune pousse se comptent aussi bien en France qu’au-delà des frontières hexagonales, dans pas moins de 17 pays. Quelques pas plus loin, l’équipe de Biltoki (en basque, « l’endroit qui rassemble »), qui crée des halles de marchés en rassemblant les producteurs artisanaux locaux dans l’optique de redynamiser des quartiers, vise elle aussi l’international. La société familiale, basée à Anglet, au cœur du pays basque, exploite cinq halles gourmandes dans le sud-ouest, projette d’en ouvrir 20 autres en France et ambitionne de devenir leader européen dans son domaine, tout en déployant une offre de formation pour les métiers de bouche et un espace de co-working dans les Halles de Bacalan à Bordeaux.

Réussir la transition écologique et énergétique, nourrir l’humanité

De son côté, la start-up de l’économie sociale et solidaire Reverdir, incubée à Bond’innov, expliquait avec enthousiasme le fonctionnement de son hydrorétenteur biosourcé - autrement dit, un réservoir d’eau placé à la racine des plantes qui permet de maintenir l’irrigation, de préserver les ressources en eau, de réhabiliter des terres et des forêts dégradées, de mieux stocker du carbone organique dans les sols sans oublier d’améliorer les revenus des agriculteurs - bref de rendre l’agriculture plus durable et solidaire…

Pendant ce temps-là, Ynsect suscitait l’intérêt avec ses protéines alternatives pour une alimentation durable. De fait, la PME basée à Evry élève et transforme le Tenebrio Molitor, également appelé vers de farine, pour produire des protéines et des huiles destinées à l’aquaculture et à la fabrication de la nourriture pour animaux de compagnie. Après avoir entièrement automatisé son usine à Dole, l’entreprise, forte d’une centaine de collaborateurs, cherche à lever des fonds pour en construire prochainement une deuxième…

Faciliter la mobilité

Autre enjeu d’avenir qui se construit aujourd’hui, celui de la mobilité, illustré par la navette intelligente d’Easymile, une pépite toulousaine de 120 collaborateurs qui conçoit des logiciels pour rendre les véhicules autonomes. Les visiteurs des Rencontres d’Aix ont ainsi pu monter à bord d’une EZ10, fer de lance de la start-up, commercialisée dans plus de 20 pays à travers la planète : de la Norvège, championne du véhicule électrique, à la Chine en passant par les Etats-Unis. De quoi motiver l’ouverture de bureaux à Denver, Berlin, Singapour et Melbourne. Quant à Gyrolift, c’est en associant un gyropode et un module robotique que la jeune pousse parisienne a mis en place une nouvelle solution qui facilite la mobilité en permettant de transporter des personnes aussi bien valides que handicapées, que ce soit en position assise ou debout. Elle devrait être prête pour une commercialisation d’ici fin 2018, dans un premier temps en BtoB.

Répondre à l’épanouissement de l’individu

Une projection holographique interactive aimantait pour sa part les regards en direction du stand d’Orbis Holographics, incubée à STATION F à Paris et soutenue par LVMH. Vitrines, statues ou murs holographiques… sont quelques déclinaisons de ces illusions optiques servant de support à une communication ludique, et qui ont d’ores et déjà séduit des marques telles que Thalys. Autre innovation au service de l’épanouissement, celle des Franjyines, qui a inventé une alternative à la perruque, composée de franges et d’un turban thermorégulateur, s’adressant aux personnes atteintes de cancer. C’est en effet en ayant souffert elle-même de cette maladie, et ne supportant pas la perruque, que Julie Meunier a eu l’idée de lancer l’an dernier à Nîmes cette prothèse capillaire qui connaît un franc succès : selon la jeune entrepreneure, le produit comptabilise quelques 2 500 commandes et suscite un vif intérêt à l’étranger.

Vivre et vieillir en bonne santé

Il fallait patienter longtemps en file indienne devant le stand de H4D pour tester sa cabine connectée, un espace médicalisé que la jeune pousse parisienne installe dans les entreprises pour permettre des téléconsultations par des médecins, que ce soit dans le cadre de la médecine de soins, la médecine du travail ou des programmes de prévention. Une cinquantaine ont à ce jour été déployées en France, en Italie et au Portugal, sur le mode d’un abonnement mensuel pour l’entreprise cliente. La société a en outre récemment obtenu l’agrément de la FDA (Food & Drug Administration), nécessaire pour lui ouvrir les portes du marché américain. Son stand côtoyait celui de la toute jeune Meditech, fondée cette année à Bordeaux qui, elle, espérait nouer un maximum de contacts pertinents pour proposer sa solution de traçabilité des médicaments à partir d’une application scannant les QR codes. La cible ? Les laboratoires pharmaceutiques, notamment ceux qui exportent en Afrique de l’Ouest, une zone très touchée par la contrefaçon.

Créer l’entreprise et le travail de demain, repenser la formation initiale et continue

Un autre coin du village s’est transformé en un espace de réunion, grâce à la pépite rennaise Klaxoon et son tout dernier produit : le « meeting board », autrement dit, un écran sur roulettes, accompagné d’une box Klaxoon et ses solutions interactives pour dynamiser les réunions. La start-up, qui possède depuis l’an dernier des bureaux à New York, et qui vient de lever 50 millions d’euros, faisait savoir qu’elle cherchait 100 nouveaux talents !
Les entreprises peuvent aussi se métamorphoser grâce aux robots de télé-présence, pilotables à distance, que fabrique Axyn Robotics, basé à Meyreuil, près d’Aix-en-Provence. Visiter un entrepôt sans se déplacer, communiquer, faire de l’accueil ou de la télésurveillance : baptisé Ubbo, le robot provençal offre nombre d’applications potentielles auxquelles viendra prochainement s’ajouter l’aide au maintien à domicile des personnes âgées. Quant à Balyo, sa mission est de robotiser les tâches de déplacement de palettes. La PME de 160 collaborateurs basée à Ivry-sur-Seine, dispose de deux antennes à Singapour et à Boston, transforme des chariots de manutention manuels en robots autonomes, grâce à un système de géo-navigation qui leur permet de se déplacer à l’intérieur des bâtiments en toute autonomie.

Le travail de demain se crée enfin grâce à des services de recrutement comme celui de propose la start-up aixoise Gojob, une agence d’intérim entièrement virtuelle qui cible les 18-35 ans et optimise le « matching » via des algorithmes ou encore Paris&Co. L’agence de développement économique et d’innovation de Paris favorise le rayonnement de l’écosystème de l’innovation à travers l’incubation de plus de 400 startup par an, l’expérimentation de solutions innovantes, l’organisation d’événements nationaux et internationaux ainsi que la prospection et l’accueil de startups étrangères.

Mieux se protéger est le dernier enjeu illustré par ces innovations qui tentent de répondre aux mutations qui touchent un nombre croissant de secteurs d’activité.

A propos de DemainDemain, c’est quoi ?

C’est un projet transverse qui implique chacun pour mieux travailler ensemble et accompagner les entreprises face aux grands défis de transformation du monde.

Pourquoi Demain ?

L’environnement économique et industriel est de plus en plus complexe et innovant et il nous pousse à changer nos modes de travail dans tous les secteurs d’activité. Anticiper les mutations de l’économie, préparer les ruptures à venir et construire une vision du futur, c’est dans ce contexte que Bpifrance a lancé DEMAIN.

Une minute pour comprendre DemainVenez changer le monde de DemainLe 11 octobre prochain aura lieu la 4e édition de Bpifrance Inno Génération sur le thème « Le monde de Demain ». Inscrivez-vous vite ! 

Le chiffre de la semaine : 50 %

34 min 47 sec ago

50%, c’est la part du camping dans l’offre des lits marchands en France. 

Avec ses 8 083 campings aménagés en 2018, la France est le premier parc de campings en Europeet le deuxième au monde.

Avec le développement d’emplacements équipés et davantage de services collectifs, le confort des campings s’améliore. L'an dernier, les 4 et 5 étoiles ont capté plus de la moitié de la fréquentation alors qu’ils représentent 17 % du parc.

L’hôtellerie en plein air est plébiscitée avec une fréquentation en hausse de plus de 20 % sur la décennie écoulée. Le marché a représenté 2,5 Md€ de chiffre d’affaires en 2017et emploie 37 000 salariés.

Source : Chiffres de la FFCC (Fédération Française des Campeurs, Caravaniers et Camping-caristes)

A propos du chiffre de la semaine

Le chiffre de la semaine, c’est un chiffre sélectionné pour vous chaque semaine par nos équipes. Issu de l’actualité, il porte sur des thèmes relevant de l’entreprise, tels que le financement, l’investissement, l’internationalisation, l’innovation, le développement durable, la transition numérique…

Bpifrance Inno Génération 4 : ce qu’il faut savoir !

34 min 47 sec ago

Cet événement rassemblera 40 000 entrepreneurs sur le thème du « monde de Demain ». Networking, ateliers pratiques, rendez-vous en one-to-oneBpifrance Inno Génération, c’est une journée pour rencontrer ses pairs, trouver des partenaires de développement ou encore explorer de nouveaux leviers de croissance, bref accélérer votre business.

Entrepreneurs de tout le pays, unissez-vous ! Inscrivez-vous dès maintenant

Le vote
La lutte contre le réchauffement climatique est-elle pour vous une priorité?
La lutte contre le réchauffement climatique est-elle pour vous une priorité?
  • Oui
    76%
  • Non
    24%
Les dernières vidéos

La vidéo est momentanément indisponible, veuillez nous en excuser.


En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à vos centres d'intérêts et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus sur notre politique de cookies.